Suicide, Malheur

La difficulté à assumer son homosexualité est la première cause de suicide des jeunes.

De nombreuses études ont comparé les proportions de suicides entre les populations hétérosexuelles et homosexuelles. L'une d'entre elle, menée au Canada, a estimé 13 fois plus importante la quantité de jeunes homosexuels ayant songé au suicide ou étant passé à l'acte par rapport à la population hétérosexuelle du même age. Une autre, menée au Royaume Uni, parle d'une proportion de 25. Ces chiffres doivent être pris avec précaution et peuvent être utilisés contre l'homosexualité par ceux qui estiment qu'il est juste de lutter contre l'homosexualité puisqu'elle rend malheureux.

D'accord avec eux dans la mesure où ils font tout, d'un côté comme de l'autre, pour que les gens soient le moins malheureux possible. C'est à dire d'un côté lutter contre l'homophobie et ouvrir les même droits aux homosexuels qu'aux hétérosexuels, et de l'autre, trouver des solutions pour diminuer la proportion de "nouveaux homosexuels", sans pression sur les autres. C'est à cette seule condition que peut paraître honnête la volonté d'abaisser la proportion d'homosexuels. La vérité sur ce sujet est bien différente : ceux qui affirment agir contre l'homosexualité uniquement pour le bonheur de tous sont bien souvent moins humanistes qu'ils n'espèrent le faire croire.